AccueilPortailS'enregistrerConnexion
PPP ne répond pas aux inscriptions pour demande d'aide pour EAM, mais seulement à d'anciens membres actifs, uniquement pour sauvetage, preuves à l'appui.

Partagez | 
 

 Les contraintes de la captivité - influence sur le comportement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
locknes
Plumeau d'Or
Plumeau d'Or
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1716
Age : 35
Localisation : essonne
Emploi/loisirs : AIDE-SOIGNANT/cinéma
Date d'inscription : 14/12/2008

MessageSujet: Les contraintes de la captivité - influence sur le comportement   Dim 14 Juin 2009 - 21:27

Captivité et domestication

Le dictionnaire Larousse définit ces termes comme suit :

  • Captivité : état de prisonnier, de quelqu'un qui est détenu en prison (en cage, volière ou enclos pour les animaux). Ce sont donc des êtres destitués de leur liberté, de leur libre-arbitre.
  • Domestication : transformation d'une espèce sauvage en espèce soumise à une exploitation par l'homme, en vue de lui fournir des produits ou des services.


Dans le cas de nos perroquets, rien n'est produit. Ils fascinent pas leur beauté, leur intelligence, leur capacité à parler ou à exécuter des tours. On exige souvent d'eux docilité, affection, spectacle. Mais est-ce que cela est compatible avec leur bien être, c'est à dire la satisfaction de tous leurs besoins ?

Les perruches et perroquets gardent les mêmes besoins qu'ils soient en liberté dans la nature ou en captivité dans nos cages... entre autres : espace de vol, congénères, reproduction, recherche de la nourriture, stimulation intellectuelle et physique. D'où la nécessité de bien connaitre les besoins de l'espèce que l'on souhaite acquérir (de préférence avant l'achat!) et de s'assurer que nous pouvons y répondre.

L'instinct

L'instinct est un mode de comportement inné, commun à tous les individus d'une même espèce. Avoir des comportements instinctuels est indispensable pour la survie. Dès la naissance, les oiseaux savent donc ce qu'ils doivent faire dans des situations précises. Un jeune oiseau doit savoir voler dès qu'il quitte le nid pour échapper à ses prédateurs. Construire un nid est aussi une activité instinctive. Lorsqu'il se reproduit pour la première fois, un oiseau sait déjà comment construire son nid. Il sait choisir les matériaux dont il a besoin et sait les assembler.

Ces comportements obéissent à des instructions préprogrammées qui se déclenchent au moment opportun. Le déclencheur peut être un stimulus visuel, comme la vue d'un prédateur, qui déclenche chez l'oiseau un signal d'alarme et une fuite, même si c'est la première fois dans sa vie qu'il rencontre un rapace. Le comportement des oiseaux est très dépendant du cycle saisonnier, en particulier des modifications de luminosité. Le printemps, avec ses jours qui s'allongent, est le signal pour les oiseaux qu'il est temps de penser à se reproduire.

L'apprentissage

Les oiseaux ne sont pas dépendants uniquement de leur instinct. Leur comportement peut être modifié par l'apprentissage, ce qui leur permet d'être plus efficaces pour faire face aux diverses situations. Un oisillon sait instinctivement comment battre des ailes pour voler, mais il doit apprendre à manœuvrer habilement et à atterrir en douceur. La nidification est instinctive, mais les oiseaux plus expérimentés construisent de meilleurs nids et en moins de temps. L'apprentissage est donc la capacité de modifier un comportement à la lumière de l'expérience.

Ces modifications comportementales peuvent se produire à la suite d'un tâtonnement. Dans les poulaillers, les poussins picorent instinctivement les petits cailloux au sol, puis l'expérience aidant, ils se mettent à picorer seulement des graines comestibles plutôt que des minéraux. L'instinct et l'apprentissage sont donc complémentaires. L'instinct est vital quand on manque d'expérience, puis l'apprentissage affine le comportement des oiseaux et le rend plus efficace.

Les oiseaux sont capables d'apprendre par imitation du comportement des congénères. Ils peuvent acquérir de nouvelles habitudes, notamment comment trouver un nouveau type de nourriture. Cette capacité à apprendre par mimétisme est terriblement efficace pour l'apprivoisement de nos oiseaux captifs. C'est pour cela que l'on répète sans cesse qu'il est bien plus facile d'apprivoiser des oiseaux à plusieurs, car les oiseaux plus timides imiteront les oiseaux déjà à l'aise avec leur environnement et leur soigneur !

Les oiseaux peuvent aussi apprendre par déduction. Ils s'adaptent aux modifications de leur environnement et savent en tirer parti avantageusement. Par exemple, un épouvantail dans le jardin deviendra inefficace dès l'instant où les oiseaux comprennent qu'il est sans danger pour eux.

Le grégarisme

Les Perroquets sont grégaires : ils vivent en groupe. Dans la nature, les perroquets vivent souvent en couples fidèles à vie, au sein de grandes colonies. Très souvent en captivité, les becs crochus (surtout les grands perroquets) n'ont pas de partenaire sexuel, et sont gardés seuls. C'est une grave erreur, qui nuit à l'équilibre psychologiques de ces animaux, si sensibles. C'est pour cela qu'il n'est pas rare de voir un oiseau choisir un membre de la famille et de s'y attacher, bien trop fort pour que la relation soit saine et stable.

Voler et détruire

Dans la nature, les oiseaux ont l'habitude de voler pour se nourrir, se défendre. C'est d'ailleurs leur moyen principal de déplacement. Certaines espèces nomades peuvent parcourir des centaines de kilomètres chaque jour ! En captivité, ils sont souvent destitués de ce droit pour plusieurs raisons : le coût, le manque de place en intérieur, l'esthétique d'une cage...

Les perroquets ont un grand besoin de destruction. Leur puissant bec est un outil qui pousse sans cesse et leur permet d'ouvrir de nombreux aliments, dont des fruits à coque. En captivité, les propriétaires ont tendance à trop "mâcher le travail" de leurs oiseaux, ce qui n'est pas un bien. Rien à chercher, rien à détruire, nos oiseaux manquent cruellement de stimulation intellectuelle et physique ! Il est primodial de fournir des jouets de foraging (recherche de nourriture) et des jouets destructibles pour s'amuser et s'user le bec.

Les cris

Cris d'appel des congénères, cris d'alerte en cas de présence d'un danger... La voix des perroquets est puissante, car nécessaire à leur survie dans la nature ! Les grands perroquets peuvent être entendus à plusieurs kilomètres. Les perroquets ne sont donc pas des animaux silencieux, et fatalement, ils feront également du bruit en captivité, sans que cela représente forcément un trouble du comportement. Attention aux voisins, mais surtout attention à bien mesurer votre propre tolérance au bruit avant d'acquérir un perroquet.


Dans la nature ils n'ont pas le temps de s'ennuyer, les journées sont comblées.
En captivité, certains oiseaux subissent quotidiennement une maltraitance silencieuse, invisible : l'ennui, l'impossibilité de combler leurs besoins. Malheureusement, les propriétaires ne commencent à s'inquiéter que quand ce mal être a pris des proportions considérables et commence à se voir : picage, hurlements, morsures...


Votre oiseau est terriblement intelligent, sociable, agile. N'en faites pas un prisonnier, un simple objet victime de sa beauté. Fournissez lui le minimum : un espace pour voler, un congénère au moins, des jouets, de l'interaction, une nourriture variée et équilibrée, des exercices physiques et intellectuels.
Revenir en haut Aller en bas
http://i-parrot.net/blog/kiwi-perrucheacollier
 
Les contraintes de la captivité - influence sur le comportement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fiche n°1 : le vanneau huppé
» Les troubles du comportement des perroquets en captivité
» Comportement bizzar de python avec sourie
» Détécter et agir sur les troubles du comportement
» le comportement d 'un rosalbin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Perruches - Passion - Photos & co :: L ESSENTIEL :: LES POST IT :: COMPORTEMENT – APPRIVOISER SON OISEAU - COHABITATION-
Sauter vers: